Accueil BITCOIN Un juge de la Haute Cour du Royaume-Uni se prononce contre Craig...

Un juge de la Haute Cour du Royaume-Uni se prononce contre Craig Wright au sujet des revendications de droits d’auteur sur le bitcoin

33
0

La Haute Cour du Royaume-Uni condamne Craig Wright pour ses revendications de droits d'auteur sur le bitcoin (BTC)
  • Les revendications de droits d'auteur faites par Craig Wright sur le livre blanc et le code de étaient au cœur de l'affaire.
  • La COPA revendique la victoire et vise à protéger la nature décentralisée de Bitcoin contre les revendications injustifiées de droits d'auteur.
  • Le juge Mellor a cité des preuves fabriquées dans les affirmations de Wright selon lesquelles il serait Satoshi Nakamoto.

La Haute Cour du a rendu un verdict accablant à l'encontre de Craig Wright, un personnage controversé qui prétend être l'insaisissable créateur de Bitcoin, Satoshi Nakamoto.

Le juge James Mellor, dans un jugement écrit, a affirmé que Wright avait menti “de façon extensive et répétée” tout au long du procès, l'accusant en outre d'avoir présenté des preuves “fabriquées” pour étayer ses affirmations.

La COPA gagne contre Craig Wright

La décision du juge Mellor est l'aboutissement d'une longue bataille juridique qui s'est étalée sur plusieurs années.

Le procès, intenté par la Open Patent Alliance (COPA), visait à contester les affirmations de Craig Wright concernant la propriété des droits intellectuels sur le code et le livre blanc de Bitcoin.

Les prétendues tentatives de Craig Wright de revendiquer ces aspects fondamentaux de l'écosystème des ont été accueillies avec scepticisme et résistance juridique de la part de divers milieux.

La nature litigieuse de Wright, caractérisée par de nombreux procès contre des développeurs et des personnes critiques à l'égard de ses affirmations, a suscité des inquiétudes au sein de la communauté Bitcoin.

Lire aussi :  CleanSpark acquiert le mineur de bitcoins GRIID pour 155 millions de dollars

Cependant, Mellor a reconnu l'impact négatif de la stratégie juridique agressive de Wright sur les développeurs de Bitcoin, affirmant que Satoshi Nakamoto, connu pour son approche collaborative et non conflictuelle, n'aurait probablement pas recours au contentieux.

Fabrications et falsifications de documents

Le jugement a mis en évidence les fabrications et les falsifications de documents présumées de Wright à une échelle significative, toutes à l'appui de sa revendication centrale d'être Satoshi Nakamoto.

Le juge a qualifié les actions de Wright de “maladroites” et a souligné le rôle central que ces faussetés ont joué dans l'élaboration de l'issue du procès.

La COPA, formée dans le but premier de défendre la nature ouverte de l'écosystème des crypto-monnaies, a contesté les affirmations de Wright, arguant que de telles affirmations pourraient étouffer l'innovation et dissuader les développeurs de contribuer au réseau Bitcoin.

Tout au long du procès, des preuves sont apparues mettant en doute l'authenticité des affirmations de Wright.

Les documents soumis par la défense de Wright censés étayer son identité en tant que Satoshi Nakamoto ont été passés au crible, révélant des incohérences et des anomalies.

Des polices de caractères qui n'existaient pas au moment présumé de leur création et des métadonnées indiquant des modifications récentes du document figuraient parmi les anomalies citées dans le jugement du juge Mellor.

Des accusations de parjure pèsent sur Craig Wright

La saga juridique entourant Craig Wright a été suivie de près par la communauté des crypto-monnaies, compte tenu de ses ramifications potentielles pour l'avenir de Bitcoin et de l'espace plus large de la blockchain.

Lire aussi :  L'une des plus grandes universités américaines a commencé à enseigner le Bitcoin à ses étudiants

Bien que Craig Wright ait annoncé sur X qu'il ferait appel de la décision, celle-ci représente un revers important pour ses ambitions, avec la possibilité d'accusations de parjure qui plane sur lui.

En réponse au verdict, la COPA a salué la décision comme une victoire pour l'innovation ouverte et les principes sur lesquels Bitcoin a été fondé.

L'alliance a réitéré son engagement à sauvegarder la nature décentralisée de l'écosystème des crypto-monnaies, jurant de poursuivre ses efforts de protection contre les revendications injustifiées de droits d'auteur.

Alors que la poussière retombe sur cette épreuve de force juridique, les implications plus larges de la décision du juge Mellor se répercutent sur le paysage des crypto-monnaies.

Le verdict souligne non seulement l'importance de la transparence et de l'intégrité au sein de la communauté, mais sert également de mise en garde contre les tentatives de monopolisation ou de contrôle des éléments fondateurs des technologies décentralisées comme le bitcoin.