Accueil MINAGE l’interdiction du minage de crypto-monnaies en Colombie-Britannique est légale.

l’interdiction du minage de crypto-monnaies en Colombie-Britannique est légale.

53
0

Au Canada, une affaire qui concernait directement l'interdiction du mining est arrivée à son terme.

L'affaire s'est déroulée en , la province la plus à l'ouest du Canada dans laquelle se trouve la ville de Vancouver, et ne concernait que cette province.

L'interdiction du de au Canada

La compagnie d'électricité de la province, British Columbia Hydro and Power Authority (BC Hydro), avait lancé un moratoire de 18 mois sur le crypto minage.

Une entreprise locale de crypto-mining, Conifex Timber, a alors décidé de contester le moratoire devant les tribunaux, et a perdu. Conifex Timber est une entreprise forestière qui s'est également engagée dans l'exploitation de cryptomonnaies avec la tribu indigène Tsay Keh Dene.

En effet, il y a quelques jours, un jugement a été rendu qui donne raison à la compagnie d'électricité BC Hydro et tort à Conifex Timber.

Le jugement a été rendu par le juge Michael Tammen de la Cour suprême de la -Britannique à Vancouver, et rejette l'appel de Conifex Timber contre l'ordonnance émise par le lieutenant-gouverneur en conseil (LGIC) de la Colombie-Britannique ordonnant à la BC Utilities Commission (BCUC) d'émettre à son tour des ordonnances libérant BC Hydro de son obligation de fournir des services aux sociétés de minage de crypto-monnaies pour une période de 18 mois.

Le juge a donc décidé non seulement qu'il est légal pour BC Hydro de s'abstenir de fournir de l'électricité à Conifex Timber pendant 18 mois, mais qu'elle peut également le faire avec toutes les autres sociétés de crypto minage sur le territoire. Cela confirme effectivement le moratoire.

L'ordonnance du LGIC date de décembre 2022, tout comme l'ordonnance de la BCUC libérant BC Hydro de son obligation de fournir des services aux nouvelles opérations minières. Suite à cette décision, deux centres de données de Conifex Timber ont été déconnectés du réseau de distribution de BC Hydro.

Lire aussi :  Adidas et Pharrell lancent des vêtements numériques pour les détenteurs de NFT Doodle

Il convient de noter que BC Hydro est un service public appartenant au gouvernement de la Colombie-Britannique.

Les raisons de la décision

Cet arrêt est motivé par trois raisons.

La première, triviale, est que la décision du LGIC est légale, étant donné qu'il s'agit d'une entreprise de service public et que la responsabilité ultime de la politique énergétique de la province incombe au même gouvernement qui possède BC Hydro.

La seconde est formelle, car Conifex Timber a fait valoir qu'il y avait un vice de procédure que le juge n'a pas trouvé.

La troisième concerne la correspondance entre les lois de la province et la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, à propos de laquelle Conifex Timber avait émis des doutes.

En d'autres termes, puisqu'il s'agit d'une décision de politique énergétique de la province, dont le gouvernement est seul responsable et dont il a la pleine souveraineté, elle ne peut être contestée en l'absence de vices de forme ou de correspondance avec des lois d'entités supérieures.

Il s'agit donc à toutes fins utiles d'un choix politique légitime.

Les raisons de l'interdiction du minage de crypto-monnaies

Les raisons qui ont poussé le gouvernement de la Colombie-Britannique à interdire le crypto mining pendant 18 mois ne sont pas connues en détail, mais on peut les deviner.

Il ne s'agit certainement pas de raisons environnementales, car BC Hydro produit de l'électricité à partir de pas moins de 32 centrales hydroélectriques, et seulement trois à partir de gaz naturel. Quatre-vingt-quinze pour cent de l'énergie consommée dans la province de la Colombie-Britannique est produite par des centrales hydroélectriques, donc sans émissions nocives et à partir de sources renouvelables.

Lire aussi :  La division par deux du bitcoin est en route, et le hashrate reste très élevé.

Ce ne devrait donc être qu'une question de consommation et de coût.

BC Hydro a une capacité totale de 11 GW, avec laquelle elle fournit de l'électricité à plus de 4 millions de personnes.

Le Canada est un endroit très froid, la consommation d'électricité peut donc être élevée. Au total, BC Hydro produit environ 50 000 GWH d'électricité par an, de sorte qu'en moyenne, les 11 GW sont utilisés à environ 50 pour cent de la capacité maximale théorique.

Le juge Tammen a cependant écrit dans son jugement que l'interdiction était liée précisément au coût de l'électricité, et visait à préserver un accès à l'énergie abordable pour l'ensemble de la population.

Il a ajouté que la quantité totale de MWH que les installations minières de Conifex Timber absorberaient dépasserait de loin les prévisions de BC Hydro.

Étant donné qu'il s'agit de quelques MWH par an, par rapport aux 50 000 GWH produits, le problème n'était probablement pas tant la consommation elle-même que la difficulté de BC Hydro à la planifier soigneusement.

En pourcentage, cette consommation aurait été négligeable, mais la société publique de production et de distribution d'électricité aurait pu avoir des difficultés à gérer le pic d'absorption de la centrale au moment de la mise sous tension.